ACCOMPAGNER UN MALADE

défendre ses valeursQuand on chemine auprès de quelqu’un de très malade, on arrive rapidement au constat que même l’amour, où le plus profond désir de bien faire, ne suffisent pas pour affronter la violence de la maladie.

Les malades et leur entourage se sentent seuls, désarmés, voire incompris pour affronter cette épreuve. Ils ne savent pas quelle attitude  adopter avec les médecins.

Comment comprendre ce qu’ils disent, Leur montrer ce que l’on ressent? Poser les bonnes questions et oser dire ce que l’on voudrait tant qu’ils perçoivent?

Le malade se demande comment se comporter avec les proches. Ces mêmes proches, ne savent pas « dire leur souffrance »!!!

A l’annonce d’une grave maladie, tout vole en éclat, les points de repère, l’équilibre individuel, familial et social. L »existence est à repenser, les projets de vie également!

Rien ni personne ne nous prépare à vivre au jour le jour , avec la maladie d’un être aimé. Etre malade c’est quitter l’univers « du bien portant » et les valeurs qui s’y rattachent. Malades et proches sont en souffrance et en questionnement.

Le problème: nous sommes tous en attente d’une écoute, d’une reconnaissance. Ce sujet me tient à cœur car nul ne peut comprendre, s’il ne l’a pas vécu lui-même, ce que l’on ressent lorsque l’on se retrouve seul, face à quelqu’un qui est en demande et que l’on ne parvient pas à aider comme il en aurait besoin, par ignorance et surtout par manque de communication.

Ne pas avoir su trouver les mots avec un proche malade est terrible, car lorsque survient le pire, on se le reproche toute sa vie.

QUE FAUT-T’IL FAIRE?

je me montre présent en tant que ressource disponible,car il faut  un peu de temps pour trouver la juste place qui convient à l’autre.

j’apprends à respecter les moments de solitude dont le malade a besoin. Sachez que lui aussi doit apprendre à se protéger d’un entourage trop encombrant, trop protecteur, car une attention exagérée le fait douter et le fragilise.

L’autre, celui que l’on aime, que l’on croit connaitre, peut devenir un étranger, transformé par la maladie! Certains découvrent la foi, d’autres doutent et renoncent à leurs croyances.

VOUS IREZ LOIN SI VOUS APPRENEZ A VOUS OCCUPER DE VOUS

On ne peut pas aider autrui, si l’on ne prend pas soin de soi! c’est le simple respect d’une règle élémentaire qu’il est indispensable de suivre dans une relation d’aide.

Comment dire ma souffrance en temps que proche? J’ai le droit de me plaindre?

Tout est miroir, tout se réfléchit, la maladie de l’autre nous renvoie à notre propre fin, alors je parle de ma souffrance pour l’extérioriser et la mettre à distance. et non, ce n’est pas un signe de faiblesse, mais d’humanité.

Vous avez le droit d’être fatigué, irritable et déprimé parce que vous avez des limites humaines.

Ne vous sentez pas coupable d’être en bonne santé, d’aller au cinéma, de lui parler des joies et des plaisirs que vous ressentez, car pour un malade, le récit de votre emploi du temps constitue une heureuse échappatoire à la lourdeur du quotidien. Bien communiquer avec un malade est la clé de la réussite! évoquez vos propres émotions même si c’est difficile.

L UNIVERS DU MALADE

Lui aussi se pose la question: comment me comporter avec mes proches. Faut il taire ma douleur,  ménager mes proches, ou leur parler, sous peine de renforcer leur propre souffrance?

L’annonce du diagnostic à ravivé mes peurs et mon anxiété est à la fois légitime et irrationnelle.

Il faut savoir que le malade, pour conjurer sa peur, peut être abject avec ses proches. Il veut seulement essayer de dire quelque chose par le biais de son comportement (souvent une peur cachée, ou de la culpabilité). Ce n’est pas après vous mais ce sont des messages inconscients qui couvrent l’ensemble des émotions.

Certains font comme si ils n’étaient pas malade, c’est le déni. Ils mettent à distance l’angoisse, ensuite vient la dénégation: « je sais, mais je préfère ne pas savoir » et d’autres se murent dans un silence, parfois par timidité, ne sachant pas comment réagir à la venue d’autrui.

Ce serait une erreur de l’obliger à se battre, et encore moins de le juger! Penser bien faire à essayer de le regonfler c’est prendre le risque de l’écraser davantage, mieux, il se sentira coupable de ne pas être à la hauteur de ce que l’on attend.

Le passé devient un refuge pour lui, la présence de sa famille l’authentifie et constitue un inépuisable recours.

SON ESPACE: c’est avant tout son lit!! c’est pour lui son périmètre de survie. il ne faut pas s’asseoir sur son lit sans y être invité car c’est tout ce qui lui reste.

Son corps devient comme un étranger dont le langage s’avère incompréhensible, sinon ennemi.

Parfois le malade a besoin de quelqu’un qui écoute sa détresse dans un silence attentif, et c’est souvent à autrui. il ne faut pas se vexer car tout ce qui lui reste c’est de la pudeur et de la fierté.

LE TOUCHER

Le contact physique peut d’une personne à l’autre signifier des choses différentes, peut d ‘une seconde à l’autre, faire basculer une émotion, essayez de lui prendre la main, c’est établir un contact.

Vous savez les événements de notre vie n’ont pas de sens par eux-mêmes mais en revanche ils prennent celui qu’on leur donne. Quand une situation devient trop douloureuse, il faut prendre du recul pour ne pas être écrasé psychologiquement.

Une maladie grave a quelque chose a nous apprendre, les malades les proches le savent, ils font tous part de leurs regrets de ne pas avoir su quoi faire, quoi dire!

j’espère que cet article vous aura aidé un peu, prenez le risque d’aimer, en sachant que nous pouvons souffrir, être séparé de l’être que nous avons de plus cher au monde.

On peut choisir de ne pas souffrir, mais cela implique que l’on décide de rester à jamais fermé à la seule chose qui donne un sens:

L’amour, la vie!

Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à me contacter et laisser un commentaire sur le blog.

Si vous pensez que cet article peut servir a une personne en difficulté n’hésitez pas à le partager!

Facebooktwitterby feather